Chats par-ci, chats par-là

Le court métrage est un art délicat, un art à part. Il permet je crois, plus que tout autre, une liberté de ton, de format, d’expression. Mais il pâtit de sa faible exposition, de sa difficulté de diffusion hors festivals et quelques cases télévisuelles souvent placées à des horaires propices aux veilleurs de nuit et insomniaques patentés.

Alors finalement, on pourrait légitimement se poser la question de l’intérêt de créer une oeuvre dont on sait la portée et la diffusion limitée et pourtant lorsque l’on est compositeur, le court métrage est une source continuelle de travail, d’expériences, de découverte.

Quand l’année dernière Fabrice (Luang-Vija) est venu me proposer de travailler sur un court métrage avec lui, spontanément j’ai dit oui, je n’ai même pas réfléchi à la question de la diffusion.

Et voilà, un an après et quelques essais musicaux plus tard, le film est là : « La pêche miraculeuse » ! S’il se suffit à lui-même, le film ne vit pas seul, il s’intègre au sein d’un programme de courts métrages avec un fil (et pas de pêche) conducteur animalier, félin devrais-je dire : le chat.

Rendez-vous au cinéma pour découvrir « Chats par-ci, chats par-là » (en salle le 12 février) et en attendant vous pouvez jeter un œil et une oreille sur la bande-annonce puisque c’est la musique que j’ai composée pour « La pêche miraculeuse » qui vient accompagner le défilé de félidés !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.