Le temps…

Le temps en musique est une valeur importante, le temps de respirer, le temps de la phrase, le temps du silence. Le tempo, le débit, la vitesse, la manière de sentir la pulsation, de chanter les notes et les rythmes dans le temps. Le temps est un espace que nous pouvons définir en secondes, en mesures sur un tempo donné, par une indication type Adagio, Andante ou même laisser à la totale appréciation de l’interprète. C’est le temps de la musique, de la musicalité.

Puis il y a le temps du projet, le temps entre la rencontre et la fin de la réalisation. Ce temps-là n’est jamais défini, il est un incertain total. Il est la proie des aléas du métier, des variations de budget, des changements dans le projet, de l’arrivée d’un autre musicien surgi de nulle part, de l’air du temps, de la chance un peu.

Il y a le temps de la démarche, celui où l’on dit « bonjour je suis compositeur », celui où l’autre, le réalisateur, le producteur écoutent, aiment ou pas. Puis il y a le temps de l’après, de l’attente, celui où l’on dit que l’on est là, toujours là, prêt et dispo, celui où l’on se rappelle à l’autre. Et l’attente, du bon projet, du bon moment, du bon temps ou tempo. L’histoire du bon endroit au bon moment.

Enfin si tout va pour le mieux, vient le temps du projet lui même, de ses conditions de travail, de l’accélération des particules, de pas de recul, de la vitesse, du débordement, du trop, du tout en même temps. Et puis tout retombe, à nouveau l’attente, la vie du projet, de la musique, rien ne nous appartient plus, il faut espérer, guetter, voir venir, peut- être, attendre, encore attendre. Et en même temps, on recommence, le temps de la démarche, du rappel pour peut-être un autre projet, une nouvelle accélération au-delà du raisonnable et recommencer la boucle du temps. Un éternel recommencement comme une musique répétitive dont l’introduction ne finirait jamais ou alors si tard que le temps de la conclusion serait d’une brièveté extrême. Un Adagio languissant pour un court Presto et ainsi va la vie du compositeur comme une valse aux temps déséquilibrés dont on maintient inlassablement le tempo précaire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.