Les heures sombres

Il y a des fois comme ça, on se dit, tiens si on allait au cinéma. Il y a ce film que l’on veut voir depuis longtemps. Joue-t-il encore ? Où ? Et là une suite de conjonctures favorables : l’horaire coïncide, la séance est en VO… Bref tout est fait pour se retrouver assis dans la salle obscure devant le défilé des bandes annonces en attendant le dit film.

Il y a sans doute dans cette décision de dernier moment quelque chose qui allège, qui nous rend moins exigeant, plus réceptif. On ne s’attend à rien puisque l’on ne s’attendait même pas à être là. C’est souvent dans ces occasions que se passent de belles rencontres. J’avais envie de voir ce film, mais comme tant d’autres je pensais plutôt devoir attendre sa sortie DVD faute de temps.

Alors me voilà, installé confortablement devant les premières images, des images d’archive, le contexte, l’Histoire. Puis la caméra s’ouvre sur le parlement britannique en plein débat et tout nous amène au personnage central, celui dont il va être question pendant deux heures. Sa présence se fait sentir par son absence, tout tourne autour de lui mais il n’est pas là. On le découvre un peu plus tard encore au lit, loin des tenues d’apparat de l’aristocratie anglaise.

L’art du biopic est délicat, encore plus quand il semble que tout soit fait pour rendre son acteur oscarisable. Et pourtant, tout fonctionne. Je me laisse emporter, par les plans bien choisis, le montage élégant, les mouvements de caméra juste nécessaires bref un confort pour le spectateur.

Puis il y a le dénouement, connu de tous, et c’est là où toute la finesse de l’écriture du scénario s’exprime pour nous y amener de manière subtile. Le verbe est au centre, trois discours sont les points d’ancrage du film, menés à merveille à l’image. Je me dis qu’il est tellement simple de donner tort aux perdants tant le recul nous facilite la tâche et que je n’aurai pas aimé devoir faire ces choix.

Il n’y a pas de message à délivrer, l’histoire d’un homme face à l’Histoire, de ceux qui par leurs choix inspirés ont façonné le monde d’aujourd’hui. Comme en écho à Dunkerque de Nolan, en parallèle, loin des champs de bataille mais dans la guerre intérieure et le doute des décisions à prendre. Les heures sombres…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.