Analyser, comprendre, utiliser…

Cela pourrait être une forme de mantra du compositeur.

Il est impossible de savoir tout faire, d’écrire tous les styles, tous les genres, c’est un savoir trop vaste. Il est impossible d’avoir vu tous les films, compris tous les liens entre musique et images, recensé toutes les tentatives et expériences réalisées.

A moins d’être compositeur hypermnésique, la seule solution est d’apprendre à apprendre. Il faut une méthode, une structure pour procéder. Quand un réalisateur nous indique une référence, une séquence de film qui fait sens pour lui, une piste à comprendre pour la musique à composer, il faut alors savoir analyser, comprendre et ensuite utiliser.

Analyser, c’est décortiquer d’abord l’image puis, le son et enfin l’alchimie qui se dégage. Regarder, écouter en professionnel, ressentir les émotions dégagées et prendre le recul nécessaire, la distance qui permet de comprendre le procédé utilisé. Comprendre la structure musicale, la technique d’écriture et l’association avec les images, le timing, la construction et dégager des principes.

Évidemment, on ne copie pas à la note près la musique entendue. On reproduit une manière de faire, on a généralisé pour mieux utiliser. Ensuite, à nous de jouer, à nous de mettre la petite touche de talent qui vient faire toute la différence, celle de la personnalité, celle qui fait que chaque musique est unique, que chaque assemblage musique-image est une alchimie nouvelle qui peut renaître à chaque fois parce que l’on accepte d’analyser, de comprendre et d’utiliser avec humilité mais pas sans talent…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.