La galerie des monstres

Voilà j’y suis, enfin presque, encore 3 jours.

Dans 3 jours, je rentrerai sur scène dos aux spectateurs et face à l’écran. Une forme de solitude au milieu des autres. Différence majeure avec d’autres artistes ou concerts que j’ai pu donner par le passé, je vais entrer non pas dans la lumière mais bien dans le noir, et surtout, je vais y rester !

Je vais jouer avec pour objectif principal de me faire oublier. Paradoxe intéressant d’une performance qui en est bien une, 90 minutes, seul avec 88 touches, mais dont la nécessité est d’être au service d’un tout. Samedi je tenterai de servir au mieux « La galerie des monstres », film récemment restauré de 1924. Film qui m’était totalement inconnu il y a encore 2 mois et qui vient parfaitement s’inscrire dans un cinéma français des années 20 plutôt mélodramatique.

J’ai travaillé, préparé, écrit des thèmes, quelques repères mais, reste une part nécessaire d’inconnu, d’improvisation, d’énergie du moment, de partage avec le public, de ressenti de l’instant.

Alors il ne manque plus que vous, que votre écoute, votre regard et il ne me reste qu’à souhaiter vous retrouver samedi soir afin que vous m’oubliiez, moi et mon piano, le temps d’un film, le temps d’une histoire.

Ciné-concert au Lux Scène nationale de Valence, le samedi 25 janvier 2020 à 19h00. Informations & réservations ici.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.