La musique de nos 14 ans

Il va sans dire que nous sommes tous le fruit et le résultat de nos expériences passées, et de nos expériences musicales dans le domaine qui nous intéresse. Je suis, en tant que compositeur, le mélange des œuvres que j’ai aimées, écoutées, analysées. Mes compositions sont emplies de références plus ou moins assumées et conscientes de ma culture personnelle. Mais il paraitrait que cela va plus loin, en tout cas c’est l’avis de Stephens-Davidowitz, pas seulement l’avis d’ailleurs mais l’analyse (https://www.nytimes.com/2018/02/10/opinion/sunday/favorite-songs.html)

Pour ma part, à 14 ans, j’écoutais Jean-Jacques Goldman et Francis Cabrel. Je ne saurai dire dans quelle mesure aujourd’hui ces deux artistes ont une influence encore existante et persistante dans mon travail. De manière certaine par contre, j’ai passé des heures et des heures à écouter ces chansons et au-delà de l’écoute, à chercher à comprendre comment elles étaient faites, à relever les accords, les notes et ce fut ma première entrée concrète et personnelle dans la musique.

J’écoute, j’imite, je reproduis ce que j’entends et par ce jeu de répétitions, j’apprends, je m’approprie un langage. Si les études au conservatoire m’ont indéniablement appris beaucoup, ce que je suis allé chercher par moi-même, d’abord chez Goldman et Cabrel puis plus tard dans le jazz et enfin dans les compositeurs savants et la musique de film, a nourri et forgé mon caractère musical.

Je ne sais si la musique de mes 14 ans est un point de repère, un marqueur de mes goûts musicaux mais elle reste un de mes points d’entrée dans la musique et a fait de moi le compositeur que je suis.

Déformation professionnelle sans doute, j’écoute peu de musique pour le plaisir et, évidemment hors de question de mettre de la musique en travaillant comme le font beaucoup de personnes. Mais, j’ai toujours une forme de plaisir nostalgique à tomber par hasard sur un Goldman ou un Cabrel de la fin des années 80.

1 réponse

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.